Biographie de Voltaire


Voltaire, François-Marie Arouet de son vrai nom, est né  dans la capitale parisienne le 21 novembre 1694 et est décédé dans la même ville le 30 mai 1778. Entre ces deux dates, il aura su se faire un nom et marquer pour des générations de son empreinte la littérature et la philosophie.

 

Les débuts sulfureux de Voltaire

Le personnage, sa vie, sont aussi haut en couleur, digne d’un roman. Tout commence avec une naissance dont on sait peu de choses à vrai dire. Si la date officielle est celle du 21 novembre, il en ressort de la part même de Voltaire qu’il est né bâtard et au mois de février. Un mauvais départ dans la vie qui ne l’empêchera pas tout de même de faire ses études au lycée Louis le Grand. Il y apprend là les bases qui lui serviront toute sa vie. Il y apprend notamment à versifier mais aussi à se comporter à l’égal des grands de ce monde qui côtoient la même école que lui. Une occasion unique pour celui qui ne se fait pas encore appellé Voltaire de tisser des liens d’amitié. Dès ses 20 ans déjà, il se fait remarquer par tout ce que Paris compte d’influent. Mais ses écrits contre le Régent ne sont pas du goût de tout le monde et il finit à la Bastille à 23 ans. Son embastillement le change, il change son nom pour Voltaire et se met à écrire. Oedipe fut son premier grand succès suivit de la Henriade.

 

L’exil en Angleterre…

C’est son exil, à 32 ans, en Angleterre qui va forger son caractère vis à vis du pouvoir. Il y découvre une Angleterre qui sait se protéger du pouvoir du roi, bien mieux qu’en France. Il y voit un peuple de philosophes. Voltaire revient en France et veut continuer à vivre de sa plume. Pour cela, il lui faut une indépendance financière qui lui permette de pourvoir parler librement et de mener le train qui correspond à son mode de vie. Il fera fructifier habilement ses gains et investissements pour y parvenir. Dès 1733, il va fréquenter Émilie du Châtelet qui va l’aider à assoir sa réputation européenne en le faisant passer d’écrivain réputé à philosophe, la vocation de Voltaire. Il s’agit là de grandes années pour Voltaire dont les écrits se diffusent dans toute l’Europe et qui trouve grâce auprès des cours royales européennes.

 

… puis la cour de Prusse

En 1750, Voltaire quitte la France pour la cour de Prusse. Il y vit une période faste auprès de Frederic II mais rapidement naissent des tensions qui feront de ce séjour une période qui ne durera que 3 ans. Ne pouvant revenir dans la capitale française, il rejoint la Suisse où il commence à mener grand train et publie un titre qui est passé à la postérité: Candide. Il participe aussi à une trentaine d’articles de l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert sur la liberté de penser et d’écrire mais aussi contre la monarchie de droit divin. Dès les années 1760, il s’installe à Ferney, fait de ce village perdu une village flamboyant où l’on mène grande vie dans le château de Voltaire. C’est ici qu’il acquiert définitivement son autonomie. C’est aussi là qu’il prendra fait et cause pour dans de nombreux procès où sont condamnés à mort des innocents dans une atmosphère de fanatisme religieux que Voltaire déteste par dessus tout. Il continue à faire publier, clandestinement ou non, des oeuvres qui remettent en cause la tout puissance du pouvoir et de la religion. Ses écrits prennent une dimension qui le dépasse.

 

Voltaire souffrira les 5 dernières années de sa vie d’un cancer de la prostate qui ne l’empêchera pas de combattre pour ses idées jusqu’à la toute fin. Il est aujourd’hui enterré au Pantheon en ayant laissé pour testament: “Je meurs en adorant Dieu, en aimant mes amis, en ne haïssant pas mes ennemis, et en détestant la superstition.”

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • biographie de voltaire
  • la biographie de voltaire
  • biographie de voltaire candide
  • biographie de candide
  • la biographie de voltaire candide
  • la biographie de candide
  • voltaire biographie courte
  • biographie de candide de voltaire